Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 17:03

auto 009

 

GUISE
Les vestiges du château fort et le Familistère

 

Rendez-vous : 7h15 sur le parking de Géant d’Amiens- Glisy. Départ en car à 7h30

 

012bus

 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE :
fvmtv4fq9 h15 : accueil café à la buvette du Familistère

 

 

 

 

 

10 h 00 : visite guidée du Château Fort

 

12 h 00 : déjeuner au restaurant « Le Jardin »

images.png

 

14 h 30 : visite guidée du Familistère

 

15 h 30 : visite libre des espaces muséographiques

 

Sur le retour, arrêt à Fonsomme, à la source de la Somme

 

Arrivée à Amiens (parking de Géant) vers 19 heures

 

hibouQuelques infos.....

 

LA-FORTERESSE-DES-DUCS-DE-GUISE_listitem.jpgLE CHÂTEAU FORT DE GUISE
Le château de Guise est un ancien château fort construit au Xème siècle, appartenant à la famille de
Guise, vassale des comtes de Vermandois.
Transformé en citadelle au XVIème siècle, le château devient forteresse royale, remanié par Vauban.
En 1767, le donjon, construit de 951 à 1056, est restitué à Louis-Joseph de Bourbon, Prince de Condé.
La Première Guerre mondiale va causer d'importantes destructions.
En 1914, de violents combats ont lieu entre les Allemands et les Français.
En 1918, les Français reprennent la ville, leur artillerie pilonne le château et le détruit considérablement.
Il ne reste que le donjon et l'enceinte.
Les vestiges du château de Guise, sont aujourd'hui propriétés de la ville de Guise.
Depuis 1952, le Club du vieux Manoir en assure la restauration, l'entretien, l'ouverture au public.
La visite du château fort de Guise comprend : le donjon, l'enceinte fortifiée, les bastions, des
casemates d'artillerie, le musée archéologique, les souterrains de contre-mine, les grands celliers.
Le château est classé depuis le 31 juillet 2008.

 

DSC03987LE FAMILISTÈRE
Jean-Baptiste André Godin (1817-1888), fils d'un artisan serrurier, fonde en 1840, une entreprise d'appareil de chauffage et de cuisine, les fameux poêle « Godin », dont il est l'inventeur et qui aujourd'hui garde son nom;
Ces appareils ont permis à Godin, d'origine modeste, de faire rapidement fortune et de s'imposer sur un marché en pleine expansion.
En 1842, il découvre la pensée de Charles Fourier (1772-1837) dans un article publié par le « Guetteur », journal de Saint-Quentin. Par l'intermédiaire de l'école Sociétaire et de son chef Victor Considérant, Godin va prendre connaissance de l'oeuvre de Fourier. Il devient un fervent adepte de la théorie de Fourier et décide de consacrer sa fortune à la propagande des idées de celui-ci.
A partir de 1858 jusqu'en 1883, il fait construire pour ses ouvriers et leurs familles des bâtiments d'habitation dans un terrain de 6 ha, traversé par l'Oise.
L'ensemble des bâtiments couvre environ 20 ha, on y trouve d'une part l'usine et ses dépendances, et d'autre part les différents bâtiments du Familistère, immeubles d'habitation, école et théâtre, économat et divers services ainsi que les terrains environnants aménagés en parc ou en jardins.
Il fut Maire de Guise et de 1871 à 1876 et député de l'Aisne. .
En 1886, deux ans avant sa mort, il épouse sa collaboratrice, Marie Moret, fille de son cousin. Il meurt en 1888, et est enterré dans les jardins du Familistère.

 

La société qu'il a fondée existe encore aujourd'hui. L'association coopérative qui l'a détenait a été
dissoute en 1968. Son activité a été racheté par la Société « Le Creuset » et fait partie maintenant
du groupe « cheminée Philippe ».
Le Familistère a cessé de fonctionner à la même époque, mais les bâtiments sont toujours utilisés à des fins d'habitation et ont été classés au Patrimoine en 1991.
Le Familistère est devenu un musée ainsi que toutes les installations de vie sociale.

 

 


 

 LA SOURCE DE LA SOMME 

(cliquer pour voir des photos)

La source de la Somme se situe au nord du hameau de Fonsommes dont le nom signifie « Fontaine » (source) de la Somme, à seulement 85 m d’altitude. Au pied du muret protégeant le talus crayeux, l’eau sort de la roche en filets limpides. Elle se rassemble dans le bassin aménagé au premier plan avant de s’écouler vers la mer qu’elle atteint après un parcours de 200 km. La Somme naît de la venue à l’air libre des eaux souterraines contenues dans la craie qui constitue le plateau situé vers l’arrière-plan. L’eau des précipitations qui n’est ni évaporée ni transpirée par la végétation s’infiltre dans cette roche perméable, car très fissurée. Elle descend à plusieurs dizaines de mètres sous la surface du plateau jusqu’à ce qu’elle se trouve arrêtée par une couche marneuse imperméable. L’eau imbibe toute la partie inférieure de la couche crayeuse y constituant une « nappe libre » (anciennement : nappe phréatique). Elle s’écoule transversalement, d’une fissure à l’autre, en direction des vallées qui, entaillant profondément la surface des plateaux, recoupent la nappe. Ce recoupement permet à l’eau de sortir là où la craie est la plus fissurée, constituant une source. Tout au long de son parcours, la Somme se trouve renforcée par de nombreuses sources qui, soit l’alimentent directement, soit alimentent ses affluents. L’eau écoulée par la Somme vient presque entièrement des eaux souterraines de la nappe libre de la craie. L’apport direct par ruissellement à la surface du sol est infime en raison de la modestie de la plupart des pentes du bassin versant, de la perméabilité du sol limoneux et du sous-sol crayeux, de la rareté des précipitations intenses.
Emmanuel Désiré. (source http://crdp.ac-amiens.fr/idp/croix-fonsommes-02-source-de-la-somme-idfidp/)

 

Un peu de lecture sur la Somme et sa source :

par Madame Monique Séverin - texte lu par Luc Loiseleux.
Vendredi 19 novembre 2010

 

Album photos : cliquez ici

                    

appareil photo 06

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 17:43

 

 

auto 009

Sortie du 5 avril

Albert et ses environs

 

sortie Albert avril 2014 010

 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE :

 

 

10h00 : ALBERT

 

- Accueil et visite guidée de la Basilique par l'abbé Joël Dulin

 

11h00 : - Visite guidée du « musée Somme 1916 »

 

 

 

 

12h30 : déjeuner au « restaurant de la Basilique »

à Albert

 

 

 

15h00 : AUTHUILLE

 

- Rendez-vous devant l'église d’Authuille

 

- Visite guidée de l'église Saint-Furcy et du village reconstruit

 

- Visite commentée de Thiepval et du centre d'accueil et

d'interprétation

 

auto 035

 

 

 

ALBERT

 

La ville d'Albert s'est appelée Ancre jusqu'au 17ème siècle.

Érigée en marquisat en 1570, la seigneurie fut achetée en 1610 par Concino Concini

devenu maréchal d'Ancre.

Après sa mort, ses biens furent attribués par Louis XIII à Charles d'Albert, duc de Luynes, qui donna à la ville son nom de famille.

 

Après la découverte au XIème siècle d'une statue de la Vierge par un berger, la ville devint le but d'un important pèlerinage marial, encore honoré de nos jours.

 

De 1914 à 1918, Albert fut le centre d'une gigantesque bataille et subit de graves dommages.

 

 

 

LA BASILIQUE NOTRE-DAME DE BREBIERES

 

Elle fut édifiée de 1885 à 1897 par le picard Edmond Duthoit, architecte et orientaliste.

De style néo-byzantin elle fut reconstruite après 1930 par le fils d'Edmond, Louis Duthoit.

La basilique est coiffée d'un dôme surmonté d'une Vierge à l'enfant dorée, Notre-Dame de Brebières.

 

 

 

LE MUSEE SOMME 1916

 

Le musée retrace la vie des soldats dans les tranchées, lors de l'offensive du 1er juillet 1916.

 

Une quinzaine d'alcôves ou abris ainsi que des vitrines, où le quotidien des soldats a été reconstitué, sont installées dans un souterrain de 230 m, a 10 m de profondeur, utilisé comme abri anti-aérien pour la population lors de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Ouvert depuis 1992, sont exposés, dans la galerie, des armes et équipements militaires ainsi que des affiches, articles de journaux et photos.

 

 

 

AUTHUILLE

 

Située dans la vallée de l’Ancre, à 5 km 500 d'Albert, le village a été complètement détruit pendant la guerre 1914-1918.

 

 

 

ÉGLISE SAINT-FURCY

 

De style moderne, elle fut reconstruite de 1932 à 1934, sur les plans de l'architecte Rigaud.

Les vitraux sont de Gérard Ansart et l'atelier Darquet.

Le mobilier a été dessiné par Pierre Ansart architecte décorateur amiénois et père de Gérard Ansart. Pierre Ansart est également l'auteur de l'autel décoré de sgraffiti.

 

Au VIIème siècle, Fursy (saint Fursy) moine Irlandais, se rendant à Péronne, aurait guéri à Authuille un possédé païen qui se serait converti au christianisme. En souvenir de ce pieux événement, l'église porta le nom de saint-Furcy.

 

 

 

THIEPVAL

 

C’est un village situé au nord d'Albert à la limite de la Picardie et de l'Artois.

Thiepval a été l'un des principaux théâtres de la Bataille de la Somme.

 

Le village transformé en forteresse la «redoute Schwaben » par les Allemands au cours de la Première Guerre Mondiale, pouvait recevoir 500 officiers et 10 000 hommes de troupe et était parcouru par 25 rues.

Ayant perdu 58 000 soldats dont 20 000 tués, la Grande-Bretagne y connut la plus grande tragédie militaire de son existence.

 

Les combats pour la prise de Thiepval, commencés le 1er juillet 1916 se termineront le 26 septembre 1916.

 

LE MEMORIAL franco-britanniquequi s’élève à 45 m de hauteur, inauguré en 1932, constitue le plus important des mémoriaux britanniques au monde.

C'est l'œuvre de l'architecte Sir Edwin Lutyens.

 

La tour d'Ulster appelée Tour de Belfast, inaugurée en 1921 est la réplique d'une tour située dans le parc de Clandeboye près de Belfast.

 

La tour est le mémorial de tous les soldats des bataillons d'Ulster pendant la Première Guerre Mondiale.

 

 

appareil photo 06Album photos

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 12:04

 

  bus.jpg

 

Sortie du 19 octobre

Crépy en Valois - Morienval - Champlieu

 

 La sortie dans la vallée de l'Automne de samedi a été une réussite.

 

Tout le monde s'est retrouvé sur le parking de Géant pour le départ à 7h30.

 

DSC09184A l'arrivée à Crépy, un copieux petit déjeuner nous attendait au Pot d'étain ; thé, café, chocolat, jus d'orange, pain et confiture...

Ca valait le coup de se lever tôt!!!

 

DSC09187

 

Nous sommes ensuite partis vers le musée de l'archerie en suivant le parcours-jeu de piste préparé par Nicole, pour découvrir les rues de Crépy.

images.jpgsherlock.jpg

A voir sur le parcours entre le « Pot d'Etain » et le château

 

en rouge les numéros correspondant au plan.

 

Face au Pot d'Etain

 

(15)

DSC09182LA COLLEGIALE st THOMAS

 

Construite par Philippe d'Alsace en 1182 et dédiée à Saint Thomas Becket

La façade a été mutilée à la guerre de 100 ans et à la Révolution. La collégiale a été vendue comme bien national et démolie entre 1805 et 1810.

M de la Hante ancien Maire, rachète le clocher et le donne à la ville en 1823.

Un square a été aménagé sur la nef de l'ancienne église.

 

 

 

 

 

Prendre la rue St Lazare jusqu'à la Place Michel Dupuy (ancien Maire)

 

(14) PLACE MICHEL DUPUY

DSC09211

A cet endroit s'élevait jusqu'en 1814, l'ancienne porte du Paon, ancien accès à la ville.

La place actuelle fut aménagée après la guerre 1939/1945, la ville ayant été fortement endommagée par les bombardements.

 

Traversez la petite rue Bergeron en imaginant sur toute sa partie gauche , un fossé profond

comblé au 18ème siècle, et une immense muraille qui était la seconde enceinte protégeant la ville.

DSC09207 DSC09208

Après le photographe, prendre le passage protégé pour traverser, retournez-vous pour admirer une statue de la Vierge au-dessus du magasin d'optique.

 

A l'origine,, cette niche abritait une Vierge à la lampe provenant d'une chapelle de la Porte du Paon. Jadis la lampe était allumée lorsque quelqu'un mourait.

DSC09209

Descendez la rue Goland en sens unique au bout de la place : On prétend que c'était là que s'écoulaient toutes les eaux de la Ville.

 

(13) LA PORTE STE AGATHE

Elle date du 18ème siècle.

DSC09217

Prendre rue de la Vallée vers la Place Gambetta

 

  1. PLACE GAMBETTA

DSC09240Cette place était autrefois divisée en deux : La place du Pilori (côté rue Jeanne d'Arc à droite)

et la place de la Croix au bourg (à gauche) qui marquait l'entrée du château. Entre les deux étaient installés la halle, les prisons royales et le beffroi démoli en 1748.

En 1778, la prison est transférée dans les sous-sol du château.

A l'emplacement de la prison et de la halle, on aménage une promenade plantée d'arbres. Au 19ème siècle la place est baptisée de la Hante (un des anciens Maire de la Ville)

 

  1. A gauche, LA MAISON DE LA ROSE

DSC09225DSC09226

 

Au n° 11, la Maison de la Rose construite en 1537. Elle est bâtie sur une cave voûtée du 14ème siècle

Dans la cour intérieure se trouve une remarquable porte à sculptures polychromes

de style Renaissance

 

(9) Au n° 15 de la Place Gambetta LA MAISON DES QUATRE-SAISONS

observez les mascarons des fenêtres du rez-de-chaussée qui représentent le printemps, l'été, l'automne, l'hiver (18ème s.)

DSC09230 DSC09231

DSC09233 DSC09234

Prendre à gauche jusqu'au château

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

 

DSC09245 DSC09249

 

Depuis 1949 le château abrite le Musée de l'Archerie et du Valois et nous avons découvert les collections sous la conduite d'Agathe.

 

DSC09254 DSC09251

 

Armes préhistoriques il y a plus de 10 000 ans, arcs des champions olympiques ou dernières innovations des facteurs d'arcs de chasse, les collections du musée témoignent de la diversité et de l'évolution des pratiques liées au tir à l'arc. Loin de se cantonner à la sphère occidentale, elles évoquent la présence de l'arc sur tous les continents.

Aujourd'hui, les compagnies d'arc du Valois, comme de la Picardie et de l'Ile-de-France, entretiennent fidèlement les traditions du"noble jeu d'Arc".

DSC09275 DSC09264

DSC09390 DSC09391

 

DSC09285 DSC09291

 

Une salle est consacrée à saint Sébastien le patron des archers.

La légende de saint Sébastien : capitaine de la garde de l'empereur romain Dioclétien et chrétien converti, Sébastien tire parti de sa position pour sauver nombre de ses coreligionnaires lors des grandes persécutions de la fin du IIIème siècle. En représailles, les archers impériaux le transpercent de flèches. Recueilli et soigné par Irène, Sébastien guérit miraculeusement. L'empereur ordonne alors de le bastonner à mort puis de jeter son corps dans les égouts de Rome.

 

DSC09300  DSC09323

 

Les salles hautes du musée abritent une riche collection d'art sacré du Moyen Age au XIXème siècle, dont se détache un bel ensemble de statues médiévales et Renaissance, provenant de plus d'une trentaine d'églises et de chapelles de la vallée de l'Automne. (voir le site  Oise.tourisme.com)

 

DSC09324 DSC09325

DSC09360

 

DSC09349 DSC09376

 

DSC09400

RETOUR

 

Prendre le côté gauche de la place

 

(12)

Au numéro 8 de la Place

La maison la plus ancienne date du 13ème siècle.

DSC09406

Continuer tout droit prendre la rue Jeanne d'Arc

 

(16)

à droite au numéro 17 - HOTEL D'ORLEANS

DSC09415

construit vers 1470 par Marie de Clèves, veuve de Charles d'Orléans, le prince poète prisonnier

pendant 25 ans en Angleterre, après la bataille d'Azaincourt.

Au rez-de-chaussée, à gauche se trouvait une cheminée de 4 m de foyer décorée aux armes de France,

qui fut vendue au 19ème siècle.

Remarquez au milieu de l'appui de fenêtre au 1er1er étage, une discrète fleur de lys, qui rappelle l'appartenance des constructeurs à la famille royale.

DSC09416

Tournez à droite rue Nationale jusque la Place Michel Dupuy, puis rue St Lazare jusqu'au restaurant.

 

DSC09431 DSC09434

 

Après un délicieux repas nous repartons en car pour visiter l'église de Morienval. Pendant le trajet le guide qui nous a rejoint nous raconte l'histoire du Valois et de la vallée de l'Automne.


64chxvnj.gif"Il était une fois... deux fées bienfaisantes, deux sœurs, Urca et Altona, qui présidaient aux destinées de la contrée, à l'époque où l'Ourcq et l'Automne n'existaient pas... Cette contrée était séparée de l'univers par de vastes forêts. Les habitants cultivaient des plaines fertiles parsemées de bois, de grottes et de sources limpides, vivant dans la joie et le bonheur, ils n'avaient ni désirs, ni ambitions. Du haut de la Montagne des Fées, les deux sœurs présidaient l'assemblée des hommes de ce peuple heureux ... qui n'avait pas d'histoires.
C'est près de là, à la "Fontaine des Fées", qu'on disposait des fleurs et chantait les louanges des bienfaitrices. Le soir, la source devait être "fermée" par un énorme rocher. Seule une vierge pouvait faire basculer la pierre, et c'est Norah, filleule chérie des fées, qui avait reçu cette mission de confiance."...

Cliquez pour lire la suite de l'histoire

 

Nous arrivons à Morienval 

 

DSC09442

DSC09453DSC09450

 

DSC09486 DSC09493

 

Après une visite très intéressante, nous repartons en direction de Champlieu.

 

DSC09512

On traverse le village d'Orrouy et on en profite pour admirer le château

 

Un arrêt photos à l'église romane saint Jacques le majeur en ruines avant d'arriver à Champlieu

DSC09534 DSC09542

 

La promenade se termine.

Nous rentrons à Amiens à 19h30.

 

Pour voir toutes les photos de la journée, regardez les albums

 

Crépy en Valois

 

Morienval-Champlieu

 

Et pour d'autres renseignements sur Crépy et les visites, voir le programme détaillé de la journée

 

Un grand merci à super Nicole pour avoir organisé cette journée!!

 

Prochain rendez-vous du PPP pour l'assemblée générale le 18 janvier 2014!

 

A bientôt!!!


 

 

 

 

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 11:33

 auto 022

 

La vallee de l'Automne


Samedi 19 octobre 2013


Rendez-vous 7 h 15 parking de Géant à Longueau

Départ 7 h 30


CREPY-en-VALOIS – Arrivée vers 9 h 15 - Point de rassemblement près de l'église Saint-Thomas face à l'hôpital, au restaurant « Au Pot d'Etain » 21 rue Saint-Lazare

(café, thé, croissants, jus d'orange).

 fvmtv4fq

Les personnes venant de l'Oise, laissent leur voiture à Crépy pour faire la visite en car et reprendront leur voiture le soir.


10 heures – visite du Musée de l'Archerie et du Valois dans le vieux-château de Crépy-en-Valois.


- Riche collection d'archerie et d'objets d'art sacré du moyen-âge au XIX e siècle

  • Armes préhistoriques de plus de 10 000 ans

  • Statues médiévales

  • A voir une remarquable charpente médiévale


12 h 30 - déjeuner au restaurant « Au Pot d'Etain 


APRES-MIDI


Départ 14 h 30 en car


MORIENVAL – Ancienne abbaye de bénédictines fondée au 9 e siècle. Il en reste l 'église

célèbre pour les voûtes de son déambulatoire qui présentent le premier emploi en France de croisées d'ogives


Visite de l' église Notre-Dame, une des plus belles de la région et la plus célèbre

  • clocher-porche à 3 étages 12e sur une base 11 e

  • chapiteaux de la nef décorés de motifs géométriques,

  • stalles

  • gisants

  • pierres tombales, statues, lutrin 18 e


CHAMPLIEU ruines gallo-romaines, sur le plateau surplombant la Vallée de l'Automne

II ème siècle après Jésus-Christ, le site rassemble un théâtre, un temple et des thermes.

 

Départ de Crépy-en-Valois vers 17h30-18h


Arrivée à Amiens parking de Géant vers 19 heures

 

 

 

 

Pour en savoir plus..... quelques informations supplémentaires et des liens à suivre.

 

La Vallée de l'Automne doit son nom à une rivière qui prend sa source à Pisseleu, petit village près de Villers-Cotterêts dans l'Aisne.

La rivière Automne parcourt 35 km pour se jeter dans l'Oise à Verberie. Son nom vient du latin « Altona » .

 

La vallée possède un patrimoine architectural relativement riche, abbayes, églises du XI e au XIX e siècle, châteaux manoirs, ruines gallo-romaines.

 

CREPY-en-VALOIS, ancienne capitale du Valois du X e siècle à la Révolution, garde de son passé un important patrimoine historique.

.

Du château construit sur un promontoire abrupt bordé par les vallées profondes, il n'en reste que le donjon très remanié au XIV e et XV e siècle.

 

C'est à Dagobert, qui régnait à Soissons qu'on attribue la fondation du premier château de Crépy.

 

A partir du X e siècle, Crépy-en-Valois devient la résidence des comtes de Valois, puissants vassaux des rois de France jusqu'en 1213, date à laquelle le Valois est intégré au domaine de la Couronne.

L'un d'entre-eux, Philippe 1er compagnon d'armes de Philippe Auguste à la bataille de Bouvines, se fait construire un château à vocation résidentielle sur un promontoire découpé dans le plateau du Valois. Dominant la ville, Philippe 1er surélève une chapelle basse, dédiée à saint Aubin, vers 1170-1180

En 1386 Louis d'Orléans premier duc du Valois reçoit le Valois en apanage, et le transforme en duché.

Jusqu'à la Révolution les ducs d'Orléans qui se succèderont avec le titre de duc de Valois iront de préférence à Villers-Cotterêts, au château construit par François 1er.

Toutefois Crépy reste la capitale du Valois

Henri IV, s'il est souvent passé à Crépy n'y a guère séjourné, il préférait Villers-Cotterêts proche de Coeuvres, où il avait rencontré pour la première fois Gabrielle d'Estrées.

 

Vers 1625, les lieux sont occupés par des religieuses, de l'ordre des Ursulines.

 

La Révolution aura des conséquences assez catastrophiques pour Crépy; ce n'est plus désormais la capitale du Valois, lequel est divisé en deux départements, l'Aisne et l'Oise, ce n'est plus qu'un simple chef-lieu de canton et toutes les grandes charges administratives, financières et judiciaires disparaissent.

Le château fut vendu comme bien national, racheté par la Municipalité, connut des utilisations diverses. Les Tours du Valois sont l'unique vestige du château construit par les Comtes de Valois et détruit durant la Guerre de Cent Ans.

De 1778 à 1850, le château sert entre autres de prison.

Le poète Gérard de Nerval, voyageant sans papiers, y passera une nuit glaciale, racontée dans « les Nuits d'octobre ».

 

A la veille de la Seconde Guerre Mondiale le corps de logis du XIV e siècle est devenu Musée d'Arts et Traditions Populaires. Refondé en 1949, les collections du musée sont orientées vers l'archerie puis le patrimoine religieux du Valois.

 

L'ensemble du château et la chapelle est devenu le musée de l'Archerie unique en France.

On peut y découvrir une collection d'archerie. qui rappelle l'importance des compagnies d'Arc, l'ancienneté de leur origine, leur tradition encore respectée.

Les salles hautes du musée abritent une riche collection d'art sacré, du Moyen-Age au XIX e siècle, dont se détache un bel ensemble de statues médiévales et Renaissance provenant de plus d'une trentaines d'églises et de chapelles du Valois.

Une remarquable charpente médiévale, domine le patrimoine exposé.

 

Marguerite de Valois et Henri IV firent construire une jolie porte d'entrée, dont les clous des vantaux portent leurs initiales H et M

 

Collégiale Saint-Thomas

 

Face au restaurant « Au pot d'Etain » se trouve la collégiale Saint-Thomas de Canterbury, fondée en 1182 hors de la ville par Philippe d'Alsace, restaurée en 1470, presque entièrement détruite à la Révolution, il ne reste que le clocher d'une hauteur de 50 m reconstruit au début du 16 e siècle.

M. de la Hante, ancien maire de Crépy-en-Valois acheta ce qui restait de l'église et le donna à la ville en 1813.

 

 

MORIENVAL

 

 

Petit village situé dans la Vallée de l'Automne.

Notre-Dame de Morienval est l'église la plus célèbre d'Ile-de-France

L' abbaye est fondée au 7 e siècle par Dagobert, monastère mixte d'hommes et de femmes géré par une abbesse. Elle deviendra très vite une abbaye de femmes et comptera jusqu'à 60 moniales au début du 13 e siècle. Son extinction définitive sera prononcée en 1768.

Transformée en église paroissiale, Notre-Dame survivra à la tourmente révolutionnaire

Construite principalement entre le milieu du 11 e siècle et les années 1120 elle offre un bel ensemble architectural roman.

A l'intérieur de l'église, les chapiteaux très nombreux, dans un style archaïque aux motifs géométriques et végétaux d'influence celte et mérovingienne, offrent un ensemble exceptionnel.

Un imposant gisant du 13 e siècle de Florent de Hangest, seigneur d'Hangest en Santerre et de Davenescourt, se trouve dans l'avant-chœur de l'église.

 

 

CHAMPLIEU

 

Ruines gallo-romaines

 

A 7 km de Crépy-en-Valois, sur le plateau surplombant la Vallée de l'Automne, les ruines gallo-romaines mises au jour au XIX e siècle sous la direction de Viollet-le-Duc datent du II e siècle après J.C. Traversé par la chaussée Brunehaut, Senlis-Soissons, c'était vraisemblablement un camp militaire qui contrôlait la chaussée, mais également un emplacement où des civils s'étaient installés. Le site rassemble un théâtre, un temple et des thermes.

Les actes de vandalisme, les vols à répétitions, font que presque plus rien n'est visible du temple.

Tout ce qui subsistait, nombreux fragments de sculptures ainsi qu'une vasque, a été transféré au musée Vivenel de Compiègne.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 23:58

art 003

 

 

De belles images de notre sortie par Odile et Jean-François Kusnierak

 

Diaporama

 

 

 

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 23:43

auto 009

 

 

 

Le petit patrimoine au bord de l’eau…

 

 

10H00 : LONGUEIL-ANNEL

 

- Visite de la maison-musée et d'une péniche sur le canal de l'Oise

bateau_085.gif

-Ouvert au public depuis juillet 2000, la cité des bateliers est un musée consacré à la batellerie.

Ce musée est situé à Longueil-Annel, soit à 6 km de Compiègne, entre Compiègne et Noyon.

Longueil-Annel, haut-lieu de la batellerie française, est devenu un port fluvial important avec la Révolution industrielle et la construction du canal latéral à l'Oise, entre 1826 et 1831.

La maison-musée met en valeur l'importance du village de Longueil-Anel dans le monde de la batellerie.

 

-Témoignages des mariniers, grandes innovations techniques, lutte des mariniers pour des acquis sociaux, à l'aide de films et livres sonores.

 

-Visite de la péniche « Freycinet »

  • la timonerie et la cabine

  • dans la cale univers familier des mariniers et chargement des marchandises

  • film sur le voyage des marinier

Voir aussi la vidéo

 

-Promenade sur les berges et découverte de l'écluse double de « Janville »

 

 

alimentation-repas-412h30 : Pique-nique sorti du sac tous ensemble

ou possibilité de déjeuner au restaurant « Le Beau Rivage »

1, avenue de la Canonnière. - 03 44 76 17 77

(menu à 25 euros prix nets service compris)

 

 

14 H 30 – PLESSIS-BRION

 

- Visite commentée du château Renaissance et du parc par Madame POINTIN,

guide conférencière.

(se garer sur la place devant le château et l'église)

 

  • LE CHÂTEAU DE PLESSIS-BRION

Edifié vers 1500 par Jean de Pommereux, grand maître d'artillerie de François 1er

le château de Plessis-Brion est le seul dans l'Oise, datant de l'époque dite « de la première Renaissance », qui marque la transition entre le style Gothique du Moyen-âge et le style Renaissance.

Il est construit sur les bases d'un ancien château féodal, dont on retrouve toutes les caractéristiques avec les tours encadrant le corps de logis et les quelques éléments de l'architecture médiévale à titre de décoration, comme les mâchicoulis des grosses tours.

 

Endommagé par la guerre 14-18, le château fut restauré en 1920 sous la direction d'Abel Mahieu.

 

Le château est un domaine privé. Le propriétaire actuel est le colonel comte de Lageneste.

Visite des salles du rez-de-chaussée et du parc de 12 ha. Jardin à l'anglaise, arbres centenaires.

"…………………………………………………………………………

imagesrandoSortie du 06 juillet 2013

Le petit patrimoine au bord de l’eau…

 

M. et / ou Mme……………………………………………… Nombre de personnes……..

 

Invité (es) …………………………………………………… Nombre de personnes……..

 

Participera (ont) aux visites et au repas : OUI NON

 

Participera (ont) seulement aux visites OUI NON

 

 

Merci de préciser le nom de vos *invités.

*Petit rappel : il est possible d’inviter des amis (non adhérents) à participer à une sortie, afin qu’ils découvrent par eux-mêmes, de façon conviviale et active ce que propose notre association. Cependant, les adhérents restent prioritaires.

 

Secrétariat : Michèle STOCKLIN-BECQUET

20, rue du Stade - 80800 DAOURS-(03 22 54 06 44

E-Mail : michele.stocklin@wanadoo.fr

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 19:05

Jardin et repérage Longueil Annel 051

 

appareil photo 06Pour voir l'album photos du repérage cliquez ici

L'émission de FR3 Picardie "Picardie matin" du 6 juin était consécrée à la cité des bateliers

http://picardie.france3.fr/evenements/PicardieMatin/index-fr.php?section=emission&date=2013-06-06

 

 

 

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 11:12

auto 035

 

Sortie : 8 juin 2013 : Le patrimoine balnéaire de la côte picarde

 

plage.gif

 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE :

ymarit38.gif

09h30 :  CAYEUX-SUR-MER

 

Stationnement des véhicules sur le front de mer, à proximité du Casino

Début de la visite à 09h30 précises

 

cayeux-sur-mer.jpg

Promenade commentée dans les rues (1,4 km – 1h30) :

     - l’histoire du village

- la chapelle des marins

- le canot de sauvetage Benoît Champy

- les traditions locales

                          - les bains de mer

                          - l’importance des galets

 

 

Au XIXe siècle, bien que n’ayant pas de port, la population locale de Cayeux exerçait encore très majoritairement l’activité de pêche en mer et de pêche à pied. L’exploitation intense du galet était une des autres activités du village - valant, encore aujourd’hui, à la commune, le titre de capitale mondiale du galet - ainsi que la serrurerie. Dès 1870, Cayeux se transforme en station balnéaire et accueille de nombreux estivants. L’arrivée des Bains de mer et du chemin de fer dans la station vont considérablement modifier le paysage urbain et l’activité économique. Le très long chemin de planches bordant les cabines de plage installées l’été sur les galets, donne au front de mer cayolais, encore aujourd’hui, un charme certain.

mickey013

Le trajet entre Cayeux et Ault vous permettra de découvrir le Hable d’Ault. Ce territoire de bas-champs, qui abrite des espèces rares de la faune et de la flore, a été gagné sur la mer, au XVIIIe siècle, par la mise en place d’une digue de galets entre Cayeux et Onival.

 

 

11h30 : AULT

 

Visite guidée de l’église Saint-Pierre et de son beffroi ecclésiastique

 

Stationnement des véhicules sur le parking derrière l’église

 

L’église Saint-Pierre, construite en damiers de pierres blanches et silex taillés, est la seule de Picardie à posséder un beffroi ecclésiastique obtenu par l’extension d’une charte communale datant de 1832.

 

 

13h00 : déjeuner au restaurant «Le Parisien »

à Mers-les-Bains

 

e5a12059

15h00 : MERS-LES-BAINS

 

Promenade commentée du quartier balnéaire et de son patrimoine

architectural sauvegardé (2km – 2h00)

 

mouette2.gif

Stationnement des véhicules sur la place du marché – début de la visite à 15h00 devant le

restaurant “Le Parisien”

 

- la transformation du village en station de villégiature

- la découverte d’une architecture balnéaire originale

 

MERS-LES-BAINS-galerie1.jpg

Petit village de 400 habitants au début du XIXe siècle, Mers est devenue, avec l’arrivée du chemin de fer et le développement des Bains de Mer, en moins d’un siècle, une des plus grandes stations balnéaires de la Côte Picarde.

640_homme_femme_piscine.gif

Pour accueillir tous ces “Baigneurs”, un grand quartier balnéaire a été entièrement construit. De très nombreuses façades de ses riches villas ont été préservées jusqu’à nos jours, suscitant la curiosité et la découverte permanente de nouveaux détails architecturaux.

 

Les trois grandes périodes de développement, entre le début du XIXe et la Première Guerre Mondiale, localisent une évolution architecturale. Elle conduit de "l’Anglo-Flamand" à "l’Art Nouveau". Ce parcours s’effectue sur l’axe qui conduit de la tradition à la mode; cheminement que suit à la fois la clientèle des bains de mer et plus généralement le mouvement des styles architecturaux.

 

Dans un premier temps, un style simple où la brique sans décor domine; de rares balcons en fonte, des lucarnes de comble à la Mansart sont les seuls ornements. Puis, une période où l’architecture touristique associée à l’influence anglaise se fait sentir dans la diversité de leurs programmes: villas résidentielles avec bow-windows et loggias, hôtels à la masse construite imposante. Enfin, dans sa période de gloire, la villa mersoise se dote d’un décor abondant où les réminiscences historiques et l’invention florale de l’Art Nouveau semblent se faire concurrence.

 

ag00628_.gif

 

Les tarifs : Adhérent : 12.00 € pour la journée.

Non adhérent : 22.00 € pour la journée.

Si vous souhaitez déjeuner (boisson comprise) au restaurant avec le groupe,

ajouter : 23.00 € par personne

Soit un total par personne : visites + repas = 35 €(45 € pour les non adhérents)

 

 

Règlement à envoyer : pour le mardi28 mai 2013, dernier délai

A la rencontre du petit patrimoine picard - 20, rue du stade - 80800 Daours

 

--------------------------------------------------------

 

Bulletin d'inscription

 

Sortie du 08 juin 2013

Le patrimoine balnéaire de la Côte Picarde

 

 

M. et / ou Mme……………………………………………… Nombre de personnes……..

 

Invité (es) …………………………………………………… Nombre de personnes……..

 

Participera (ont) aux visites et au repas : OUI NON

 

Participera (ont) seulement aux visites OUI NON

 

 

 

Merci de préciser le nom de vos *invités.

*Petit rappel : il est possible d’inviter des amis (non adhérents) à participer à une sortie, afin qu’ils découvrent par eux-mêmes, de façon conviviale et active ce que propose notre association. Cependant, les adhérents restent prioritaires.

 

Secrétariat : Michèle STOCKLIN-BECQUET

20, rue du Stade - 80800 DAOURS-(03 22 54 06 44)

E-Mail : michele.stocklin@wanadoo.fr

 

"…………………………………………………………………………

 

Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 23:22

auto 009

 

Sortie du 6 avril 2013

Autour de Saint-Just-en-Chaussée

 

Encore une journée très agréable malgré le froid, et riche en décoouvertes!

 

Visite de Maignelay : l'église et le château

 

 

A midi, petite pause pour déjeuner au Novello à Saint-Just

DSC02175

 

Le hameau de Trois Etôts

sortie PPP 6 avril repérage 2013 034

 

Un petit café nous attendait! ça réchauffe!!!

DSC02212

 

La sucrerie de Francières : nous avons profité des Pportes ouvertes ; visite de l'exposition sur le fonctionnement de la sucrerie et la fabrication du sucre, visite de l'extérieur de la sucrerie, les bâtiments, l'école, la chapelle.

DSC02235

appareil photo 06Toutes les photos sont dans l'album (autour de St Just - 6 avril 2013)


Voir aussi notre article "programme de la sortie"
Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 12:37

soleil-016

 

 

A la rencontre du petit patrimoine picard

 

ASSOCIATION LOI 1901

 

Siège social : 14, rue de la Prairie - 80170 Guillaucourt

Secrétariat : 20, rue du stade - 80800 Daours-(03 22 54 06 44)

E-Mail : michele.stocklin@wanadoo.fr

 

Sortie du 06 avril 2013

 

Autour de Saint-Just-en-Chaussée

 

 

Rendez-vous : 9h45 à Maignelay-Montigny,devant l’église

 

auto 009

 

PROGRAMME DE LA JOURNÉE :

 

10h00 :

MAIGNELAY-MONTIGNY

 

  • Visite de l’église Marie-Madeleine de 1512 : édifice typiquement flamboyant

- le porche original

- la chapelle seigneuriale avec sa cheminée

- le retable du 17e siècle

 

 

12h00 :

déjeuner au «Novello »
à SAINT-JUST-EN-CHAUSSÉE

 

alimentation-repas-11

14h30 :

Le Hameau de TROIS-ETOTS

(voir le lien)

  • ancien château, façades 14e et 15e

  • chapelle style renaissance (1544)

  • le cimetière qui l'entoure

 

FRANCIÈRES

 

  • Visite de la sucrerie de Francières, une des premières sucreries apparues en

Picardie en 1829, fermée en 1969

 

 

Les tarifs : Adhérent : 8.00 € pour la journée.

Non adhérent : 18.00 € pour la journée.

Si vous souhaitez déjeuner (boisson comprise) au restaurant avec le groupe,

ajouter : 22.00 € par personne

Soit un total par personne : visites + repas = 30 € (40 € pour les non adhérents)

 

Règlement à envoyer : pour le vendredi 29 mars 2013, dernier délai

A la rencontre du petit patrimoine picard - 20, rue du stade - 80800 Daours

photographes001

 

Le détail

  • 10 heures - Rendez-vous à Maignelay-Montigny

images.jpgmaignelay.jpgVisite de l'Eglise Marie-Madeleine (1512), édifice typiquement flamboyant

 

Le porche trapézoïdal de l'édifice est original. Voûté de pierre avec liernes et tiercerons il s'ouvre à l'extérieur avec trois arcadeset abrite un portail sculpté remarquable, flanqué de deux tourelles polygonales. La décoration intérieure procurée par ses voûtes est extraordinaire ainsi que les voûtes du choeur plus riches encore.

 

La chapelle seigneuriale avec cheminée

 

Le retable 17e : Retable en bois sculpté 16e. Un des plus importants et des mieux conservés de

l'Oise.

 

 

Ancien château :façades 15e et 16e

 

Chapelle style Renaissance (1544) : édifice en briques rouges chaînées de calcaireblanc.

 

Le cimetièrequi l'entoure mérite le détour. Il recèle des tombes datant de 1789, dont celle d'un grognard de Napoléon.

 

 

index.jpgfrancieres.jpgVisite de la sucrerie de Francières : une des premières sucreries apparues en Picardie en 1829, fermée en 1969. Réouverte en musée pédagogique, la sucrerie de Francières est un véritable lieu de mémoire de l'industrie sucrière.

Elle est la seule en France à avoir conservé ses bâtiments liés à la production qui soient historiquement lisibles.

Le site comprend plusieurs dépendances : les distilleries, le four à chaux, lesateliers,

la maison patronale, édifice classé avec détails « art déco » architecture typique 19e, l'école restaurée en 2001, la chapelle restaurée en 2004. Intéressants aussi, les bâtiments annexes: sècherie, bascules, puits, piste cyclable, abris antiaériens.

index.jpgsucre.jpg

"…………………………………………………………………………

Sortie du 06 avril 2013

Autour de Saint-Just-en-Chaussée

 

M. et / ou Mme……………………………………………… Nombre de personnes……..

 

Invité (es) …………………………………………………… Nombre de personnes……..

 

Participera (ont) aux visites et au repas : OUI NON

 

Ne participera (ont) pas aux visites et au repas : OUI NON

 

Merci de préciser le nom de vos *invités.

*Petit rappel : il est possible d’inviter des amis (non adhérents) à participer à une sortie, afin qu’ils découvrent par eux-mêmes, de façon conviviale et active ce que propose notre association. Cependant, les adhérents restent prioritaires.

 

Secrétariat : Michèle STOCKLIN-BECQUET

20, rue du Stade - 80800 DAOURS-(03 22 54 06 44

E-Mail : michele.stocklin@wanadoo.fr

 


Repost 0
Published by petitpatrimoinepicard - dans sorties
commenter cet article